INFORMATION IMPORTANTE

Bien que les points de contrôle seront levés à partir du 9 juin 2020, et afin de continuer à protéger les aînés et les personnes vulnérables d'Eeyou Istchee, les communautés cries restent fermées aux non-résidents jusqu'à nouvel ordre.

Pour la planification de votre séjour, nous vous conseillons de communiquer avec les membres de notre équipe pour toutes questions.

Merci de votre soutien et de votre compréhension. À bientôt!

Blogue

Les coulisses d'Into the North

L'AVENTURE VÉCUE PAR DEUX DES ORGANISATRICES

L'aventure Into the North a fait rayonner la région aux quatre coins du monde en 2018 en réunissant six participants de tous les horizons pour leur faire vivre un roadtrip de 5000 km absolument unique sur les routes d'Eeyou Istchee Baie-James ! Diffusée sur forme d'une websérie, l'aventure a permis de faire découvrir la région aux participants, à l'équipe de production, mais aussi à tous ceux qui l'ont visionnée.

Mais comment l'ont vécu ceux qui ont organisé cet impressionnant périple et ceux qui y ont travaillé ? Entrevue avec Camille, alors directrice marketing de la région touristique, et Rachel, photographe de l'aventure.

Camille a été directrice marketing de Tourisme Baie-James et Eeyou Istchee Tourism entre 2017 et 2019. Originaire de Québec, elle a habité à Chibougamau pendant plusieurs années et en est une fière ambassadrice.

Rachel était directrice artistique pour l'agence Les Mauvais Garçons à Québec, qui a développé le concept Into the North avec la région touristique. Elle a travaillé à la conception du projet, à la signature visuelle, en plus d'agir comme photographe pendant l'aventure.

Camille, comment est née l'idée d'organiser une campagne marketing comme Into the North ?

Camille : Depuis plusieurs années, les deux associations étaient sollicitées pour capter du contenu vidéo dans la région, parce que tout le monde avait envie de montrer à quel point la région d'Eeyou Istchee Baie-James est unique par son immensité, ses paysages et ses attraits touristiques de qualité ! L'idée d'une websérie est survenue, ensuite celle du concours pour sélectionner les participants.

 

Comment s'est déroulée l'organisation d'une campagne comme celle-là, considérant qu'Eeyou Istchee Baie-James est une région éloignée ?
Camille : Ce fût évidemment un grand défi, surtout côté logistique avec toutes les variables à gérer : le concours, les gagnants, les transports internationaux (puisque certains candidats venaient de l'extérieur du pays), les transports régionaux, les activités, le matériel, le web… C'était l'une, sinon la plus grosse campagne marketing jamais faite par TBJ et EIT. Je suis vraiment fière du travail qu'on a réussi à accomplir et du résultat magnifique.

Rachel, Into the North t'a permis de voyager pour la toute première fois dans le Nord québécois. Quelles étaient tes attentes et qu'as-tu découvert ?

Rachel : J'avais très peu entendu parler du Nord avant d'être impliquée dans ce projet. En fait, je n'avais pas pris le temps de m'y intéresser. Je savais qu'on y trouvait des communautés autochtones. J'avais entendu parler de LG2, d'aurores boréales et de grands espaces, mais mes connaissances sur la région étaient absolument nulles. Dès le début de mon implication pour Into the North, ma curiosité envers la région a été très vive. J'avais hâte de visiter ce territoire qui avait quelque chose de mythique pour moi, et de rencontrer les gens qui y habitent. Ce que j'ai découvert de plus précieux, c'est un sentiment d'appartenance. La chaleur des gens qui nous ont reçus y a grandement contribué. Je m'y suis sentie chez moi.

 

Qu'est-ce qui t'a le plus surpris dans la région ?

Rachel : L'immensité du territoire. C'est grand. Très, très grand. On ne peut pas vraiment le figurer avant d'y être. J'en avais vu, des forêts, avant de me rendre dans le Nord. Mais la région d'Eeyou Istchee Baie-James est absolument unique dans sa vastitude. Je l'ai constaté entre autres lorsque nous avons survolé la transtaïga en hydravion.

Et toi, Camille, comment était-ce de faire découvrir ta région d'adoption à d'autres personnes ?

Camille : J'avais réellement hâte de partager aux participants ce qu'un voyage en Eeyou Istchee Baie-James représente pour moi : les aurores boréales et la Voie lactée, les ciels toujours impressionnants avec les levers et couchers de soleil, la rencontre avec les communautés cries et le partage de leurs connaissances, la pêche aux poissons-trophées, le vol en hydravion, les barrages hydroélectriques… Ce sont des choses qui, mises ensemble, font d'Eeyou Istchee Baie-James une région vraiment unique. Les deux semaines de l'aventure ont été un moment de partage incroyable. J'étais fière de faire découvrir cette région trop peu connue à une gang de passionnés !

 

Y a-t-il des choses que tu as vues différemment après les avoir fait découvrir aux autres ?

Camille : La route ! Dans la région, on apprend à apprécier les longues heures de route. Avec les paysages magnifiques qui nous entourent, on prend un malin plaisir à prendre la route ! C'est un voyage en soi de faire la route de la Baie-James jusqu'au 620e kilomètre, de s'attaquer à la route du Nord ou à la Transtaïga.

Qu'est-ce qui vous a le plus marqué de cette aventure ?

Camille : À quel point on se sent loin de chez nous, loin du Québec qu'on connaît, même quand on y habite ! C'est une région tellement différente du reste du Québec. Le territoire, son immensité et sa richesse, et la culture autochtone y sont pour beaucoup. Quand on pense qu'on peut voir des ours polaires au large de Wemindji… Bref, voyager en Eeyou Istchee Baie-James, c'est toujours dépaysant et démesuré !

 

Rachel : Ma rencontre avec Anna à son camp culturel Nuuhchimi Wiinuu, près d'Oujé-Bougoumou. Elle nous a accueillis dans son campement et à sa table à bras ouverts, comme une maman. Ç'a été un privilège de passer du temps avec elle, à l'écouter nous raconter son passé et nous faire part de ses craintes pour l'avenir. On a aussi partagé un délicieux ragout et j'ai appris à broder. C'était un moment vraiment spécial.

 

En quoi la région s'est-elle distinguée des autres pays que tu as visités ?

Rachel : Eeyou Istchee Baie-James se distingue par ses paysages absolument uniques. Par la richesse de la faune et de la flore. Par la culture riche et authentique des gens qui l'habitent. Par une histoire pleine de souffrance et non-dits, mais aussi de résilience, qui éveille quelque chose en nous, qui nous fait réfléchir et qui nous donne un nouveau regard sur le Québec.

C'est un des voyages les plus dépaysants que j'ai faits, surtout à l'intérieur de ma propre province ! Ça devrait être sur la bucketlist de tous les Québécois.

 

Écoutez la série complète ici.

Actualités


Maître Renard, microbrasserie boréale

Vendredi, le 25 juin 2021

Portraits de gens d'ici: Mireille Gravel

Mercredi, le 19 mai 2021

Wachiya! Nibiischii

Jeudi, le 15 avril 2021

Coups de coeur de gens d'ici

Mercredi, le 10 février 2021