Blogue

Maître Renard: vent de fraîcheur à Chibougamau

IMPORTANT —Il est fortement recommandé de vérifier si les attraits et entreprises touristiques que vous souhaitez visiter sont accessibles en communiquant directement avec eux.

Maître Renard: au coeur d'un territoire

Un texte de Valérie Thérien

 

Pourquoi aller à Chibougamau? Pour grimper des monts, observer des caribous et faire du ski-doo sur des sentiers à perte de vue. De plus, depuis l'été 2021, on peut s'y rendre pour découvrir la toute première microbrasserie de la région: Maître Renard.

Voisine du Saguenay-Lac-Saint-Jean et porte d'entrée de la région Eeyou Istchee Baie-James, la ville de Chibougamau ne manque pas d'attraits. Ceux-ci se définissent surtout autour de ce territoire magnifique aux richesses multiples.

Les amateurs de microbrasseries du Québec peuvent maintenant faire une boucle entre les nombreuses options offertes au Saguenay-Lac-Saint-Jean et en Abitibi-Témiscamingue. «Il y a des gens qui prennent leurs vacances et font la tournée des microbrasseries. Maître Renard devient le pont entre les deux régions», explique Jonathan Mattson, l'un des copropriétaires de l'établissement qui joue également le rôle de bar à vins.

Maître Renard est ouvert depuis l'été 2021 dans l'Hôtel Chibougamau, sur la 3e Avenue. La terrasse est située sur la rue principale et crée un dynamisme avec les autres restaurants et bars du coin. Alors que Jonathan se charge de la carte des vins d'importation privée, son acolyte Nathaniel Perron prépare les plats, et les deux autres actionnaires, Francis Néron et Pascal Perreault, concoctent les bières.

«Les microbrasseries poussent comme des champignons au Québec, surtout dans les villages de 10 000  habitants et moins, donc le modèle d'affaires était parfait pour Chibougamau», explique Nathaniel. «La ville méritait un tel projet porteur qui rend la population fière, ajoute Jonathan. Ici, on vit bien et on n'a rien à envier aux autres.» La microbrasserie et le bar à vins Maître Renard représentent donc un bel ajout touristique. S'il y a encore une méconnaissance autour de Chibougamau, les visiteurs ont une nouvelle bonne raison d'y faire un arrêt.

Fierté locale

Jonathan et Nathaniel sont tous les deux originaires de Chibougamau. Après leurs études, ils sont revenus au bercail et forment maintenant une solide équipe. «On est en symbiose avec nos métiers précédents, explique Jonathan. Nathaniel était chef à domicile; je travaillais à la SAQ et je faisais les accords mets-vins pour ses soupers. C'était un match parfait pour se lancer en affaires ensemble.»

Le nom évoque la fable de La Fontaine, mais c'est aussi un clin d'œil à un animal très présent à Chibougamau. «On n'a pas de chats de ruelle, mais on a des renards de ruelle! lance Nathaniel. C'est pas rare qu'on se promène en ville et qu'on voie des renards. En plus, c'est un joli animal qui donne une belle image de marque.»

Au-delà de la grande fierté d'avoir ouvert la première microbrasserie de leur région, les deux propriétaires ont pour mission d'utiliser des produits locaux dans leurs bières pour qu'elles goûtent les saveurs de la forêt boréale qui les entoure. «On observe présentement un retour à la consommation locale, dit Jonathan. En ayant des produits intrinsèquement locaux, ça bonifie la fierté des gens de la région qui se disent: “Wow! Ç'a été récolté ici, le bleuet ou le thé du Labrador?”»

Nathaniel a suivi les conseils de professeurs lors de ses études à Montréal et a fait un retour dans son patelin pour créer des produits avec les ressources de sa région. Quand ses associés et lui ont fait des plans pour Maître Renard, ils ont décidé de faire de la bière en mettant l'accent sur les produits forestiers non ligneux (PFNL). Ceux-ci sont issus de la nature, que ce soit des plantes ou des fleurs, mais excluent les arbres.

Dans leur première année d'expérimentation, les propriétaires ont misé sur une bière blonde aux fleurs boréales, l'anaphale marguerite et l'épilobe. La bière rousse, qui est un coup de cœur de la clientèle en 2021, est au thé du Labrador et au poivre des dunes, donc poivrée et mentholée. Il y a également une bière estivale blanche aux bleuets, fournis par la Bleuetière Pouliot de Chibougamau.

Un territoire de richesses

Pour s'assurer d'avoir accès à des produits forestiers de qualité et en grande quantité, mais cueillis de façon écoresponsable, les propriétaires ont créé un partenariat avec FaunENord, un organisme à but non lucratif qui a pour objectif de contribuer au développement durable du Nord-du-Québec par des projets structurants sur le territoire. «FaunENord offre une expertise en méthodes de cueillette, mais aussi en expertise des produits. Ils vont expliquer comment une fleur ajoute de l'amertume, par exemple, dit Jonathan. Ça nous permet donc de comprendre comment faire ressortir la saveur désirée au bon moment dans les étapes de brassage.»

Vincent Lapointe, chargé de projets en agriculture, champignons et plantes nordiques à FaunENord, s'est installé à Chibougamau en 2020 et a rapidement pris conscience de sa chance d'être dans un territoire de si grande abondance des ressources. «Ici, c'est le rêve pour les gens curieux de plantes et de champignons», dit-il. Il note d'abord deux produits très caractéristiques du Nord-du-Québec: l'épinette noire et le sapin baumier. «Les jeunes pousses de ces conifères sont intéressantes et peuvent être intégrées dans la bière. Le poivre des dunes, on le retrouve ici au bord des routes. On a aussi beaucoup de thé du Labrador, dont le goût rappelle nos forêts.»

Maître Renard joue un rôle important dans la valorisation de ces produits gourmands issus de nos forêts. Comme les fleurs, les plantes ou les champignons qui se retrouvent dans les bières sont bien identifiés sur le menu, les visiteurs ont conscience de leur apport. «Les microbrasseries sont porteuses de ces produits-là et les amènent au grand public, dit Vincent. On voit donc un engouement à l'échelle de la province pour les produits des forêts. C'est de plus en plus connu.»

Chibougamau peut sembler loin sur une carte pour certains visiteurs, mais grâce à sa proximité avec le plus grand lac naturel du Québec, Mistassini, et du très bel Institut culturel cri Aanischaaukamikw d'Oujé-Bougoumou, la ville brille maintenant aussi à travers des entreprises touristiques qui mettent en lumière son territoire et ses ressources et rendent cette région du Québec encore plus attirante et accueillante.

Actualités


Le coup de coeur de Jonathan

Mercredi, le 18 mai 2022

Le récit routier de Simon

Mardi, le 29 mars 2022

Plein feux sur les bénévoles de la motoneige

Mercredi, le 19 janvier 2022

Eeyou Istchee Baie-James en mode motoneige

Dimanche, le 14 novembre 2021