Tendez l'oreille, ouvrez les yeux et prenez une grande respiration ; vous entrez sur un territoire grandiose. Eeyou Istchee Baie-James suscite l'émerveillement. Ses lacs immenses, ses rivières sauvages, ses aurores boréales, ses forêts à perte de vue et sa faune diversifiée nous rappellent notre rapport avec la nature.

Venez découvrir des ponts couverts, témoins du passé, rencontrer des artisans et écouter des légendes autochtones. Profitez au maximum des nombreuses activités de plein air : la pêche, le camping, la randonnée pédestre, le VTT, le canot, le kayak, l'escalade, la descente de rivière, le vélo, etc. À l'automne, la chasse devient l'activité vedette alors qu'en hiver, les sentiers pittoresques de motoneige, de ski de fond ou de raquette dévoilent un visage de vastes espaces vierges qu'est la région d'Eeyou Istchee Baie-James.

Les grands espaces

Le territoire de la région d'Eeyou Istchee Baie-James s'étend du 49e au 55e parallèle et couvre à lui seul une superficie de 350 000 km2, soit environ 600 km d'est en ouest et environ 600 km du sud au nord. En tout, cela représente un cinquième de la province de Québec. Pour en saisir toute l'ampleur, comparons cette immense région à l'Allemagne qui couvre 357 000 km2.

Située à près de 800 km au nord de Montréal, la région d'Eeyou Istchee Baie-James est bordée à l'ouest par la frontière de l'Ontario et la baie James elle-même, au sud par l'Abitibi-Témiscamingue et le Saguenay-Lac-St-Jean , à l'est par les Monts Otish et au nord par le Nunavik.

C'est dans la région d'Eeyou Istchee Baie-James qu'on retrouve les plus grandes nappes d'eau douce du Québec, de véritables mers intérieures. Ainsi, le lac Mistassini est le plus grand lac naturel de la province avec une superficie de 2 115 kilomètres carrés. Quant aux réservoirs du complexe La Grande, ils représentent les plus grandes étendues d'eau aménagées par l'homme.

Faune et flore

L'abondance du poisson, de même que la taille parfois colossale de certains spécimens, font d'Eeyou Istchee Baie-James un vrai paradis pour les amateurs de pêche. Certains se deplacent de très loin pour taquiner le doré, le touladi, la truite mouchetée ainsi que le brochet, que l'on retrouve dans les innombrables lacs et rivières aux eaux limpides de la région.

Le majesteux lac Mistassini, véritable mer intérieure est le plus grand lac naturel d'eau douce de la province. La baie d'Hudson avec la baie James à son extremité sud, est la plus grosse baie du monde après le golfe du Bengale dans l'océan Indien. C'est aussi la plus grande étendue d'eau à geler en saison hivernale.

Le massif des monts Otish, à l'est du territoire, se caractérise par des cuestas, c'est-à-dire des plateaux ayant un seul côté fortement dénivelé, d'environ 750 mètres d'altitude. Les Cris nomment ces montagnes E'weewach, mot qui signifie «là d'ou proviennent les eaux », car plusieurs rivières importantes prennent leur source à cet endroit. Les forêts d'épinettes blanches constituent l'attrait principal de ces monts.

La forêt boréale représente la plus vaste végétation de cette région et l'épinette noire y domine. Frontière septentrionale de la forêt boréale, la taïga se caractérise par ses basses terres humides et par des plateaux rocheux incrustés de lichen. Tout au nord du territoire on retrouve la toundra. Chaque année, les troupeaux de caribous de la rivière aux Feuilles et de la rivière Georges quittent le Nunavik pour immigrer vers le territoire d'Eeyou Istchee Baie-James.

Le territoire abrite, aussi, près d'une quarantaine d'espèces animales, telles, le lagopède, le lynx, l'ours noir, la bernache, l'orignal et le caribou. 

Les ciels nordiques vous étonneront! Peut-être même que certains d'entre vous pourront assister à la danse céleste d'une aurore boréale! 

Ici, ce sont des hivers longs, des paysages blancs immaculés; mais aussi des soirées chaudes d'été s'éternisant au-delà du coucher du soleil. Venez vivre intensément chaque moment chez nous!

La géomorphologie

La topographie du territoire est très représentative du Bouclier canadien; formée par les volcans sous-marins en milieu tropical, des « laves coussinées » et des « brèches de coulées » sont encore visibles à quelques endroits au nord-est de la région. Leur formation s'explique par le refroidissement rapide de la lave brûlante sous l'eau de mer.

La partie sud du bouclier actuel s'est, par la suite, formée créant les monts Témiscamie et Otish. Cette démarcation, définie le Front Grenville. Elle est visible dans le parc de Chibougamau aux environs du kilomètre 188, alors que l'on passe des roches vertes aux roches roses. Cette limite est aussi utilisée pour délimiter la région du Saguenay-Lac-St-Jean et la région d'Eeyou Istchee Baie-James.